Confusion et tromperie sur la e-cigarette
Confusion et tromperie sur la e-cigarette

Confusion, tromperie ou mensonge sur la e-cigarette ?

Depuis 3 ans, les gouvernants, militants anti-tabac et fonctionnaires de la santé publique tentent de justifier leur irrationnel combat contre la cigarette électronique arguant, tantôt que la e-cigarette conduit inexorablement les jeunes à fumer, tantôt en faisant valoir les dangers potentiels de la e-cig alors même qu’une centaine d’études scientifiques sérieuses démontrent le contraire.

La confusion des genres : tabac et e cigarette

Vapoter ne conduit pas les jeunes au tabagisme, une étude dirigée par le Dr Konstantinos Farsalinos prouve que le vapotage passif est négligeable et si on en croit les chiffres, la cigarette électronique et le tabac chez les moins de 18 ans semblent prendre des directions opposées. Par ailleurs deux enquêtes dont celle de l’OFT donnent à penser que la e-cigarette est à l’opposé d’une passerelle qui mènerait au tabac et qu’elle permet pour un grand nombre de fumeurs d’arrêter de fumer. Pourtant, au mépris du bons sens et des preuves scientifiques, les opposants à la cigarette électronique n’admettent toujours pas leurs tords et perpétuent l’idée mensongère qu’une eGo serait aussi dangereuse qu’une Marlboro !

Selon les derniers chiffres de l’Enquête nationale sur tabagisme chez les jeunes, dirigée par les « Centers for Disease Control and Prevention » (CDC) :

  • 13,4 % des élèves du secondaire ont utilisé une e cigarette en 2014 : la hausse est de 4.5% comparée aux chiffres de 2013
  • Chez les élèves des écoles intermédiaires le taux est passé de 1,1% à 3,9%.

Dans le communiqué de presse du CDC, repris par de nombreux médias (y compris en France), on peut lire comme titre :

L’utilisation de la cigarette électronique a triplé chez les élèves des collèges et lycées en 1 an

Pourtant, si on dépasse le titre sensationnel et les premiers paragraphes, la suite fait état de chiffres dont devraient se réjouir les acteurs de la lutte contre le tabagisme. En effet,  relégué au quatrième alinéa le rapport annonce :

  • Le tabagisme a diminué chez les élèves du secondaire et est resté inchangé pour les élèves des écoles moyennes
  • Parmi les élèves du secondaire, la baisse de consommation de cigarettes a baissé de 12.7% entre 2013 et 2014.  Chez les élèves de collège, cette dernière est de 2.9%

Ces chiffres et d’autres avant eux, démontrent que la cigarette électronique n’est pas une passerelle vers le tabagisme !  Ils supposent également que la e-cigarette impacte les ventes de cigarettes – tabac – depuis 3 ans, ce qui, a priori, devrait être une bonne nouvelle pour la santé publique des pays quand on sait l’énorme différence de risques entre la vapeur d’une cigarette électronique et la fumée issu de la combustion. « Les e cigarettes ne sont pas une passerelle vers le tabac mais une passerelle qui éloigne de ce dernier » disait récemment un chercheur interviewé dans le New York Times

CDC ou comment faire mentir les chiffres

Le Dr Michael Siegel fait valoir que les affirmations du CDC  sont trompeuses vis à vis du public,  non seulement à travers ses mensonges mais la malhonnêteté dont il fait preuve mais également par son incapacité à poser les bonnes questions.

En effet, le CDC affirme qu’il n’y aurait aucune baisse de la consommation globale de tabac entre 2011 et 2014 alors que les chiffres démontrent le contraire : durant la période allant de 2011 à 2014, les analystes ont observé une chute de 13.4% du tabac chez les élèves du secondaire , le taux étant toujours plus faible chez les plus jeunes (moins 3.9% en trois ans). De même, l’American Lung Association (organisation bénévole de santé) suggère que la baisse du tabagisme est « compensée par l’augmentation spectaculaire de l’utilisation des e-cigarettes », ce qui est scientifiquement absurde compte tenu des bienfaits prouvés de ces dernières.

Comment peut-on faire mentir les chiffres ? Très simplement. Le CDC compte les cigarettes électroniques dans les produits du tabac.

Or, outre le fait qu’il n’existe pas de combustion et qu’elles ne contient pas une seule feuille de tabac, il est trompeur de classer la cigarette électronique dans les produits du tabac sous prétexte que son e-liquide contient de la nicotine ! Dans ces conditions, les gommes à mâcher, spray, pastilles et patchs nicotiniques devraient également entrer dans les statistiques du CDC. Tout ceci est un non-sens.

Un récent article dans le New Scientist illustre la mesure dans laquelle les critiques sur la cigarette électronique sont trompeuses. Brian King s’exprime au nom du CDC, rejetant toute notion de bénéfices, d’avantages ou de bienfaits de l’e cigarette, affirme que le remplacement des cigarettes traditionnelles par des cigarettes électroniques n’a rien de positif car ces dernières inciteraient les jeunes à fumer  :

1- En un an, le nombre d’enfants utilisant un narguilé a doublé et celui de la e cigarette semble avoir triplé.

2- Ces augmentations sont à l’origine d’une légère hausse du nombre total de nos enfants qui utilisent les produits du tabac pour la première fois.

De nouveau, l’affirmation est trompeuse. En effet, les deux propositions auraient presque l’air d’un syllogisme car on ne peut parler du narguilé et de la cigarette électronique comme deux dispositifs distincts dans la proposition numéro 1 pour englober, par la suite, la ecig dans les « produits du tabac » dans la proposition 2.  Autant dire que, soit la confusion est grande chez ceux qui s’expriment, soit le mensonge est bien rodé !

Pour conclure ce chapitre, contrairement à l’impression que donne ce genre de discours alarmistes et par opposition à l' »expérimentation », la cigarette électronique est majoritairement utilisée par des fumeurs qui désirent arrêter de fumer ou réduire leur consommation de tabac.

Une étude récente au pays de Galles, a révélé que seulement 1,5 % des 11-16 ans ont déclaré utiliser une e-cigarette au moins une fois par mois, et presque tous ces jeunes « vapoteurs » étaient également fumeurs.  Les chercheurs soulignent que :

Beaucoup de jeunes (y compris ceux qui n’ont jamais fumé) ont essayé la cigarette électronique. Cependant, son utilisation régulière est moins fréquente, et est associée à la consommation de tabac. Les e-cigarettes sont peu susceptibles d’apporter une contribution directe et importante à la dépendance à la nicotine chez les adolescents.

Michael Siegel note des résultats similaires dans d’autres enquêtes d’adolescents britanniques :

  • Parmi les jeunes non-fumeurs, l’utilisation d’une cigarette électronique représente généralement une simple expérimentation
  • L’utilisation régulière de e cigarettes étant définie par la fréquence d’une fois par semaine cela représente 0% de la population des moins de 18 ans non fumeurs
  • La seule utilisation régulière de cigarettes électroniques a été observée chez les fumeurs actuels et anciens.
Recherches : mensonges sur le tabac - tromperie sur paquet de cigarettes -

A découvrir - A la Une

Vape Saint Eustache

Vape à Saint Eustache – Paris

En collaboration avec l’artiste-peintre et photographe Laureline (visitez son site Artisthme pour découvrir son univers original) nous …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *