La Cigarette Electronique

La Cigarette Electronique

La cigarette électronique c’est l’histoire d’un succès et de nombreuses guerres ! Il y a encore deux ans, vous auriez pu ne pas la connaître mais depuis 2014, la « e-cigarette » connaît un véritable succès : son marché est en plein boom, et elle apporte avec elle son lot de bouleversements.

Une cigarette électronique, comment ça marche ?

La e-cigarette possède un seul objectif : proposer aux fumeurs une alternative à la cigarette tabac, moins nocive mais conservant les mêmes habitudes (goût, gestuelle, forme pour certains des modèles anciens plus qu’actuels…). Pour cela, la cigarette électronique ne fonctionne pas avec du tabac mais avec… une batterie (voir le modèle ego) ! Plus de briquet, la batterie de la cigarette électronique alimente l’atomiseur, une pièce centrale dans le fonctionnement de l’objet puisque c’est lui qui va produire la vapeur destinée à imiter la fumée d’une cigarette classique. Ainsi, alimenté en énergie, l’atomiseur fait s’évaporer l’e-liquide, dernier composant important de la cigarette électronique, qui se transforme alors en une vapeur généreuse que l’utilisateur (appelé le « vapoteur ») aspire exactement comme la fumée de la cigarette, procurant une sensation identique en bouche et dans la gorge (ce que l’on surnomme le « hit »).

Notez, que contrairement à ce que l’on pense l’invention de la cigarette électronique n’a pas tout à fait commencé avec un chinois. Selon wikipédia, le concept d’une e-cigarette a été élaboré par Herbert A. Gilbert en 1963, avec un brevet présentant le schéma d’un dispositif « remplaçant le tabac et le papier par de l’air chauffé et aromatisé »

Dotée d’une forme allongée similaire à une cigarette à tabac (même si certains modèles adoptent un format plus grand), de type eGo ou sous forme de Box et Mod électronique ou mécanique la cigarette électronique permet donc de préserver la gestuelle propre aux fumeurs, souvent problématique dans les tentatives de sevrage avec les substituts de type patch nicotine ou gomme à mâcher. Au niveau du goût, il existe des e-liquides à l’arôme de tabac, certains imitant même les marques les plus connues pour ne pas perturber les habitudes des vapoteurs. Enfin, du côté des sensations, si celles en gorge sont retrouvées grâce à la vapeur, celle de bien-être apportée par la nicotine est elle aussi conservée : en effet, les e-liquides contiennent eux-aussi de la nicotine, dont le dosage est laissé au choix du vapoteur, qui peut donc décider de ne pas en avoir. L’imitation est donc parfaite.

La cigarette électronique est-elle dangereuse et nocive ?

Voilà la grande question qui persiste encore aujourd’hui et souvent reprise par les détracteurs de la cigarette électronique. A l’heure actuelle, on ne peut affirmer à 100% que la cigarette électronique est sans danger, mais le vapoteur en attend-t-il autant de sa ecig, lui qui risque un cancer du poumon à chaque fois qu’il s’en grille une de plus !? Il paraît évident que pour un dispositif inventé et commercialisé en 2003 par le chinois Hon Lik, nous ne possédons pas assez de recul et que les études à long terme offriront des résultats probants dans 10 ans et plus (au minimum) en espérant suivre l’exemple de la première grande enquête nationale qui s’est déroulée en Nouvelle-Zélande de 2011 à 2013 qui a démontrée que de nombreux patients ont arrêté de fumer grâce à la cigarette électronique. Ainsi, l’ensemble des professionnels de la santé, même ceux qui ne recommanderaient pas l’e-cigarette, affirment qu’elle est bien moins dangereuse que la cigarette à tabac, car elle ne contient aucune des 4000 substances nocives présentes dans une cigarette Marlboro ou Camel par exemple..

Car si aucune grande étude (sur une large population) n’a encore donné ses résultats, une multitude de petites études indépendantes, réalisées par des grands noms de la médecine, ont déjà apporté énormément de crédit à l’e-cigarette, confirmant son innocuité. Ainsi, le Professeur Dautzenberg a démontré que la vapeur de cigarette électronique ne pouvait causer du tabagisme passif, car elle disparaît trop vite dans l’air (11 secondes en moyenne, contre 20 minutes pour certaines marques de cigarettes à tabac). Le Docteur Farsalinos, très connu dans le milieu, a également prouvé que la cigarette électronique ne réduisait pas le débit sanguin dans les artères coronaires et donc, qu’elle ne nuisait pas à l’oxygénation du cœur, contrairement à la cigarette classique. De nombreuses autres études favorables ont également publié leurs résultats, permettant ainsi d’améliorer l’opinion publique sur cette alternative au tabac.

vapoteuse avec sa e cigarette Vapoteuse avec sa e-cigarette

Il y a également un autre point important à prendre en compte : celui de la nicotine. Cette dernière est en effet très employée par les détracteurs de la cigarette électronique pour tenter de prouver sa dangerosité. Or, cela vous surprendra surement, la nicotine est surement le seul élément non-nocif dans la cigarette. En effet, si la nicotine est certes responsable de la dépendance, elle ne présente pas un risque pour la santé (elle ne provoque pas de cancer, par exemple, à l’inverse du goudron). La nicotine est une drogue qui stimule une zone du cerveau, créant ainsi une sensation de bien-être : en fumant régulièrement, les fumeurs deviennent dépendant de ce phénomène, d’où l’apparition du manque lors du sevrage. Or, pour la cigarette électronique, c’est justement la nicotine qui permet au vapoteur de ne pas ressentir un manque et donc de ne pas retourner vers le tabac, et donc, de préserver sa santé ! Consommée en petites doses (lors d’une utilisation normale), la nicotine ne présente pas un risque pour la santé, pas plus que le Propylène Glycol et la Glycérine Végétale, les deux composants majeurs du e-liquide, employés par ailleurs dans l’industrie alimentaire notamment.

Législation et réglementation autour de la e cigarette

Ce sujet est au coeur de l’actualité autour de la cigarette électronique depuis 2013. En effet, lors des discussions sur la directive anti-tabac au Parlement Européen, les députés ont voté contre la mesure destinée à faire de la cigarette électronique un médicament. Depuis, elle est demeure en vente libre mais cela ne signifie pas pour autant que le marché ne sera pas encadré. Déjà interdite aux mineurs en France, Marisol Touraine, Ministrefrançais  de la Santé doit l’interdire dans les lieux publics, où il actuellement encore possible de vapoter. De plus, la publicité sur la cigarette électronique doit également être interdite, au même titre que pour les cigarettes à tabac.

Quoiqu’il en soit, en attendant la mise en place de ces mesures, il revient à chacun d’autoriser ou non l’utilisation de la cigarette électronique : certains restaurants l’acceptent, d’autres non, alors que la RATP vient de totalement la bannir, imitant les compagnies aériennes qui n’acceptent pas la cigarette électronique depuis une dizaine d’années.

Les bienfaits et avantages des cigarettes électroniques

Si la question de la santé ne peut actuellement pas trouver une réponse définitive, la cigarette électronique présente toutefois d’autres avantages bien vérifiables. Le prix d’une e cigarette, déjà, est bien moins élevé que celui du tabac, dont les paquets de cigarettes sont toujours plus taxés. Ainsi, pour un fumeur consommant un paquet par jour, l’économie réalisée sur un an en passant à la cigarette électronique s’élève à 2 000 € ! De plus, la cigarette électronique propose des modèles très nombreux, pouvant s’adapter aux exigences de chacun, et des saveurs d’e-liquides multiples. Ces dernières vont des plus traditionnelles (tabac blond ou brun) aux plus originales (multi-fruits, caramel, café, energy drink,…) et autorisent une grande liberté de choix pour les vapoteurs.

cigarette electronique ego T cigarette electronique eGo T

Parallèlement à cela, l’utilisation de la cigarette électronique offre d’autres atouts : plus de mauvaise haleine ni d’odeur désagréable sur les vêtements, aucune gêne pour les autres (car la vapeur possède une odeur très douce), absence des risques liés à la combustion du tabac.

Malgré les attaques venant de tous les horizons, médias mal informés relayant de fausses affirmations, pression des lobbies du tabac, stratégie de l’industrie pharmaceutique oeuvrant en coulisse afin de s’emparer du marché des e-cigarettes, la grande enquête menée par L’INPES révèle que la cigarette électronique n’est pas une passerelle menant vers le tabac, qu’elle semble une aide efficace pour arrêter de fumer et qu’elle a probablement favorisé la baisse des ventes de paquets de cigarettes en France.

En effet, les premiers résultats sur la consommation de cigarettes électroniques en France ont été publiés par l’OFDT (Office français du tabagisme) en février 2014. Les nouvelles données issues du Baromètre Santé Inpes 2014 confirment celle de l’OFT et indiquent :

  • La cigarette électronique est beaucoup plus attractive pour les fumeurs que pour des non-fumeurs
  • 24% des fumeurs ne l’ayant jamais utilisée déclarent avoir l’intention de le faire.

La cigarette électronique et le marché du tabac

Le Professeur Jean-François Etter de l’Université en Santé Publique de Genève a décrit la cigarette électronique comme :

Une révolution en santé publique

Au regard de l’importance qu’a prise l’e-cigarette, il parait difficile de lui donner tort. En effet, si elle ne représente encore que 1% du marché du tabac mondial, elle devrait générer un chiffre d’affaires de plus de 300 millions d’Euros en France en 2014, et son public est passé de 500 000 à 1 000 000 d’utilisateurs entre 2012 et 2013 et de 1,5 Millions à 3 Millions entre fin 2013-début 2014 et 2015,  soit une croissance de 100% !

Face à cet incroyable succès, l’industrie du tabac s’inquiète : depuis début 2013, les ventes de cigarettes à tabac ont reculé de 10% en France, pour la première fois depuis 2007. De plus, de nombreux experts financiers voient la cigarette électronique comme un bouleversement majeur du marché du tabac. Selon leurs estimations, il se vendrait plus de cigarettes électroniques que de cigarettes à tabac d’ici 10 à 15 ans, soit un marché mondial de 700 milliards de Dollars.

Mais l’aventure pourrait s’arrêter brutalement en 2016 lors de la transposition de la directive européenne sur le tabac à la loi française !

cigarette electronique ego

Recherches : cigarette electronique prix -

A découvrir - A la Une

Vape Saint Eustache

Vape à Saint Eustache – Paris

En collaboration avec l’artiste-peintre et photographe Laureline (visitez son site Artisthme pour découvrir son univers original) nous …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *